L’échec est à la mode !

L’année 2013 a été une année décisive dans ma vie professionnelle. J’ai pris la décision de quitter mon boulot en agence de publicité (pour diverses raisons) sans aucun filet. On se rend compte de ce qu’on a fait, une fois que c’est fait. Je me suis donc retrouvée chez Pôle Emploi par choix mais terrorisée.

Certains ne choisissent pas de ne plus avoir de travail et la pyramide des besoins de Maslow s’en voit ébranlée (surtout les 2 derniers niveaux).

Bref, quoi qu’il arrive, quoi qu’il se soit passé pour en arriver là, quand on doit aller faire son actualisation mensuelle sur polemploi.fr, ça ne va pas.

Au bout de 15 jours d’inactivité,  je suis allée chez mon amie Virginie Fleur, pour me ressourcer, au vert. J’avais 1h30 de train. Comme j’avais déjà acheté/lu tous mes magazines fétiches, j’ai acheté Psychologies Magazine. On m’en avait souvent dit du bien.

Je l’ai d’abord parcouru en le survolant. Je repérais les articles qui pouvaient m’intéresser. C’est l’Edito, intitulé “L’échec a du succès” qui a attiré mon attention en premier. On voit souvent ce qu’on veut voir au moment où l’on veut le voir (ça marche aussi avec l’ouïe).

Cela peut vous paraître très bizarre que j’aborde ce sujet sur le blog mais pour moi cette lecture a été une révélation et par les temps qui courent, je pense que ça peut peut-être servir à d’autres, un bon plan c’est fait pour être partagé. Il faut bien comprendre que lorsque j’étais en train de prendre la poudre d’escampette pour la campagne, je culpabilisais de ne pas être chez moi en train d’oeuvrer pour mon futur professionnel. Et que ce que j’avais souhaité (quitter mon job), c’était transformé dans ma tête comme un échec, comme un signe de faiblesse. J’avais besoin de retrouver un peu d’estime et de confiance en moi. J’étais loin de m’imaginer que cela arriverait en lisant Psychologies Magazine, dans un train, vide, fin septembre 2013 à 8h00 du matin. Comme quoi, tout arrive !

Bon … et il disait quoi cet Edito ?

Il annonçait une bonne nouvelle : L’ECHEC EST A LA MODE !! Fini l’arrogance et la toute puissance, la vulnérabilité s’impose comme une condition sine qua none de la réussite !

Voyez-vous, j’apprends que des conférences de l’échec sont organisées pour les jeunes créateurs d’entreprises et qu’une journée de l’erreur a été mise en place au musée du Conservatoire National des Arts et Métiers. L’école de management de Grenoble a quant à elle, organisée un groupe “We need more loosers”.

Mais où est passée cette génération sensée être parfaite ? Qui ne fait pas d’erreur ?  L’Elite de la société ? Celle que l’on forme dans les écoles de commerce ? La génération des robots dans une vie sans surprise ? 

Autres exemples et signes que les temps ont changé : des sociétés spécialisés se chargent désormais de célébrer des divorces comme on célèbre des mariages, des “divorces parties” où des couples fêtent leur célibat retrouvé. Même le chômage devient une occasion de se valoriser avec la campagne Benetton “Unemployee of the year”.

Cette philosophie de vie décomplexée nous vient tout droit de Californie (merci “again” les américains) et des pays anglo-saxons, où l’échec fait partie intégrante de la culture et de l’éducation et où ce n’est pas vécu comme une honte ou une humiliation et où la culpabilité se fait ressentir et la confiance chute.

L’échec est un moteur de l’action même quand ça ne dépend pas de soi, cela permet de mieux connaître ses limites de se remettre en question et de rebondir.

Vous l’avez compris, c’est dans ces périodes qu’il faut se lancer, dans un projet amoureux, familial, artistique ou professionnel. Oser le changement, petit ou grand.

Pour savoir à quel point vous acceptez l’échec, pour apprendre à mieux vous connaître … faites le test “Votre comportement face à l’échec“.

J’espère que cet article vous aura, si vous êtes concerné(e)s (mais vous l’êtes obligatoirement, si ce n’est pas vous, vous connaissez sûrement un proche qui l’est donc vous indirectement aussi), permis de “lâcher prise” et de dédramatiser au sujet de l’échec ou du moins de vous poser la question sur ce que vous en pensiez … de “l’échec”. À l’heure des bonnes résolutions, il faut peut-être y penser … !

  • Partager sur Tumblr
9lecteurs ont aimé cet article

5 commentaires

  • Avatar

    Excellent article ! Je trouve que c’est important que l’échec fait partie du jeu… Quand j’étais au chomage, j’ai d’abord culpabilisé à moooort dès que je ne cherchais pas du travail et puis après j’ai utilisé ce temps passé à culpabiliser à créer quelque chose de beaucoup plus bénéfique… Mais bon l’esprit français reste très “con” face à l’échec je trouve…

    • Avatar

      Tu sais je ne suis pas tout à fait certaine qu’il ne s’agisse que d’un esprit français : la “win attitude” c’est à la base très américain non ?
      En attendant, c’est une piste de réflexion vraiment intéressante : ayant été moi-même au chômage un bref moment après mes études je me sentais misérable de n’avoir pas pu trouver de travail dès mon diplôme obtenu… Mes proches m’ont beaucoup aidé à dédramatiser la situation et avec du recul je suis quand même fière d’avoir occupé ma période de “battement” par des sorties effrénées au musée, ce que je n’ai plus le temps de faire maintenant…

  • Avatar

    J’ai fais le test, je suis plutôt contente du résultat! Comme Manon, je culpabilisais beaucoup au début et puis je me suis rendue compte que depuis que je suis au chômage, je peux faire pas mal de choses que je n’aurais pas eu le temps de faire en travaillant. Objectif retrouver un emploi à temps partiel pour avoir juste ce qu’il faut pour vivre et le reste du temps, continuer les activités que je fais déjà!

  • Avatar

    Une chose à dire, je suis fière de toi et je n’ai pas douté de toi une seconde ;)

  • Avatar

    Merci bien de ces réfelxion…je sens que je viens aussi de ce point là…L’année dernière j’avais déjà vu le fin du mon contract, et l’ arrivée des autres problemes avec. J’avais pris l’avance a ces événements (pour ralentir un peu ce procéssus de negativité sur moi même) et j’ai repris mes études a la fois que j’ai commencé un petit mais ilusionant rêve:

    http://melange-boutique.blogspot.com.es/

    Je continue encore sans travail, mais avec un outre horizon….. Un abrazo

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

‹ Retour